Mes conseils aux développeurs juniors

22/03/2021

Cet article s’adresse à toi, jeune développeur, peut-être en reconversion professionnelle ou dans ton cursus d’études. A toi à qui on a promis un avenir radieux, un CDI “easy” et qui, à l’approche du marché du travail, te rends compte que c’est pas forcément aussi simple qu’il n’y parait. J’aimerais t’apporter mon regard de développeur avec presque 10 ans d’expérience pour essayer d’y voir plus clair sur les raisons qui poussent le marché du développement à se compléxifier et, surtout, comment tu peux te démarquer. T’es prêt ? On y va !

Le recrutement IT se complexifie.

Dans le domaine, je distingue trois principaux acteurs de recrutement :

  • Les SSII, les ESN ou appelle ça comme tu voudras : les sociétés de service
  • Les startups
  • Les grands groupes

Bien sûr, tu as aussi des postes dans l’associatif ou le secteur public .. mais ça reste très faible en quantité par rapport à ces trois acteurs. Quand tu vas postuler quelque part, y’a fort à parier que ça sera chez un de ces trois là.

Les ESN (ex SSII)

Les sociétés de service fonctionnent en recrutant des profils pour les placer sur différents projets pour le compte de sociétés tierses. Les ESN ont souvent recruté des profils jeunes pour une simple raison (faut pas se voiler la face) : On les paie moins cher et on marge plus facilement dessus. Les sociétés qui confient les projets aux ESN étaient souvent attirées par une obligation de résultat ainsi que de tirer les couts vers le bas. Confier son projet à une ESN, c’était, jusqu’à lors, ne pas s’embêter avec le recrutement, on lui balance un contrat au forfait avec un montant connu, et la société gère pour te livrer ton projet à la fin. Là dedans, on ne regarde pas vraiment la pertinence du profil, juste “son cout”.

Qu’est-ce qui a changé ? Les entreprises qui confiaient des projets sont plus frileuses sur les investissements (surtout en ce moment). Moins de budget, report de projets donc moins d’opportunités pour les ESN. D’autre part, quand les projets se font, ils sont souvent stratégiques et on souhaite de la main d’oeuvre plus expérimentée.

Tu l’auras compris, c’est compliqué quand t’es junior.

Les startups

Souvent, ce sont des sociétés jeunes, avec une forte vélocité voire avec quelques investisseurs derrière. Ces entreprises cherchent souvent des profils expérimentés sur leur stack existante pour garder voire accroître cette vélocité. Le but, c’est de livrer rapidement pour les clients, pour les investisseurs. C’est de développer le produit, faire des preuves et sortir du lot. Souvent, on s’attache à des processus de recrutement avec des tests techniques, des entretiens techniques, du pair programming … bref, quand tu es développeur junior, sans trop d’expérience, et à moins que la boîte soit à la recherche explicitement d’un dev junior : c’est compliqué.

Les grands groupes

Très souvent, les recrutements se font après des prestations de longue durée via une ESN. T’as fais tes preuves, on t’aime bien, on te recrute. Parfois, il y a quelques postes ouverts au recrutement externe, mais ça reste plus rare et, souvent, ce sont des profils à haute qualification sur une thématique précise. Des développeurs souvent très expérimentés et plus séniors. Malheureusement, il n’y a pas trop de place pour les juniors autrement qu’en prestation via ESN .. on revient donc à notre première partie et c’est (toujours) compliqué.

Bilan

Tu l’auras remarqué, quand une entreprise recrute un dev aujourd’hui, elle cherche très souvent un profil sénior. Embaucher un junior, c’est prendre le risque de ne pas pouvoir le placer (pour une ESN), de devoir le former (dépenser des sous pour lui, quelle horreur !), bref, désolé, mais tu n’es pas rentable. Alors, soyons honnêtes, je trouve ça affreux. Mais objectivement, comment on fait pour corriger le tir et sortir du lot ?

Devenir désirable

Bah ouais! T’es un.e dev, tu es sexy avec ta barbe de 3 mois, tes slips pas lavés depuis autant de temps et ta canette de coca sur ton bureau. Ah pardon, on a changé d’époque, maintenant, être geek, c’est cool ! Profites-en. Comment on devient désirable aux yeux d’un recruteur ?

Un ninja de la programmation, tu seras

Se faire recruter, c’est souvent sur entretien technique. Ce genre d’entretien, c’est pas que sur du code. Malheureusement, on a souvent tendance à se concentrer dans la formation sur la maitrise des lignes de programmation, sur tel ou tel langage (coucou JS) … c’est une erreur. Tu veux être sexy? Bosse tout le reste! Architecture, administration système, bases de données, machine-learning … absolument TOUT ce que tu pourras proposer EN PLUS de ton profil de dev, sera bienvenu. Si si, je te promets! En plus de ça, ça fera de toi un meilleur dev. Parce que crois moi que je récupère des trucs parfois … alors si tu viens à un entretien, que tu connais le modèles OSI, les principes SOLID, de clean-architecture ou d’archi hexagonale, que tu parles Docker, Ansible, AWS … T’es pas obligé de tout connaitre, mais juste un peu et ça fera la différence. Crois-moi.

Un portfolio, tu te construiras

Développeur est un métier d’art. On code sur des claviers qui font de la lumière de toutes les couleurs, après tout. Alors quand tu découvres une techno, quand tu apprends docker, quand tu mets en place une archi hexagonale, quand tu apprends les principes SOLID : mets les en pratique dans une app. T’as pas besoin de recoder YouTube ou Facebook. Juste un truc pour toi : Une appli pour gérer tes courses, un planning pour sortir ton chien, une organisateur de travail … ce que tu veux et surtout tu stockes tout ça sur GitHub!

Comme ça, quand t’enverras un mail pour un recrutement, tu mets en rouge, gars, italique et souligné (en Comic Sans MS y’a un bonus) un lien vers ton GitHub dont tu es tout fier. Parce que, ton GitHub, il va montrer que tu t’investis, que tu sais des trucs… Tu n’as aucune expérience pro, aucun projet à avancer, à détailler … rien. Mise tout sur tes expériences propres. Si tu peux collaborer sur un projet Open-Source, c’est encore mieux. Bref, sois visible.

Un as de la communication, tu deviendras

Et oui … comme si ça suffisait pas, il faut encore une dernière casquette à ton arc : la communication. Être développeur, c’est un métier d’équipe. On a beau être souvent tout seul devant notre ordi, faut échanger sur les features, les priorités, comment ça se met en place. Parfois, faut même aller au bar prendre un verre pour faire croire qu’on est sociable. Bref, faut prendre sur soi. Heureusement que les bars sont fermés! T’imagines pas combien de devs ça sauve de la déprime.

Trêve de plaisanterie : faut aussi développer les “soft-skills”. Quand on recrute quelqu’un, il faut que ça colle, qu’on sente une motivation mais aussi un potentiel. Je sais que c’est pas facile quand on n’a jamais vécu un entretien d’embauche. On a un peu tendance à se rabaisser ou, au contraire, à trop se mettre en avant. Oublie tout ça, soit juste naturel mais crois en toi. Avec ton superbe portfolio et toutes tes connaissances engrangées, tu as confiance en toi. Attention à pas trop avoir confiance et à rester humble. Mais ça se passera bien. Tu auras peut-être un refus, mais n’hésite pas à demander des explications sur ce qui a fait défaut dans le recrutement pour te perfectionner. Chaque echec est un apprentissage. Mais surtout, en aucun cas, ne te rabaisses. Tu as des connaissances, tu as des choses à prouver : montre le.

Conclusion

S’il y a bien une chose à ne pas faire en tant que développeur, c’est d’être apathique. C’est un métier qui évolue, qui change avec le temps. Il nécessite d’etre toujours à l’affut des nouveautés, de faire des efforts et de se ménager du temps (souvent perso) pour affuter ses armes. Mais c’est un métier fantastique qui nous permet de travailler dans plein de domaines différents, d’échanger et d’apprendre en permanence. Encore une fois, crois en toi, tu y arriveras. Mais surtout : donne toi les moyens et ne regrette rien. Etre recruté en tant que junior n’est plus la panacée qu’on a connue il y a 5 ans, c’est sûr. C’est plus dur, c’est certain. Mais ça reste possible. Alors crois en toi, et si t’as besoin de conseils, d’aide ou juste d’un petit remontant avant de retourner dans la mêlée, n’hésite pas, tu as mes coordonnées sur ce site : je suis à ta dispo.

BON COURAGE !

© 2018 - 2021 Jérôme Desseaux
Portez-vous bien ♥️